Sarah Staub, atelier 6

Céramiste / Sculptrice

 

QUI EST-elle ? 

Sarah Staub est née le 3 août 1983 à Kinshasa au Zaïre. Depuis l’adolescence, Sarah Staub bouscule la terre, toujours en volume, parfois sans cuisson, fascinée par ses qualités plastiques. Elle traduit cet attachement au sol et aux racines par des études en biologie et obtient un diplôme d’ingénieur en agronomie en 2009. Parallèlement, elle se forme en horaires décalés à l’académie des Beaux-Arts de Tournai. Elle travaille différente techniques (dessin, peinture, sculpture) puis décide à partir de 2009 de s’exprimer par le biais de la sculpture et avec son médium de prédilection : la terre. Elle obtient le diplôme de l’école en 2016, et décide alors de se lancer pleinement dans son projet artistique. « J’ai l’intime conviction que l’art peut aider une société à changer », confie Sarah Staub, dont l’art ne cesse de rendre hommage au pouvoir créateur de la vie.

 

QUE FABRIQUE-T-elle ?

Sarah créé des sculptures aux formes inspirées d’un monde à la fois minéral et végétal. Recouvertes de jus d’oxydes précisément choisis. Ses sculptures ressemblent à des racines arrachées du sol, suspendues ou posées et livrées à leur grande fragilité. "Ondulations, pulsions fertiles, d’encre et de terre, qui se multiplient, se transforment, pullulent, se propagent… Ce thème se manifeste depuis longtemps dans des croquis, des gribouillages, comme un automatisme, un besoin désordonné. Et il prend sa source dans l’attachement au sol, à la terre, aux racines et au déracinement. C’est la recherche céramique et picturale qui m’a permis de canaliser cette expression. ». Elle a gagné le prix régional Hauts-de-France d’Ateliers d’Art de France en mai 2017.

 

COMMENT TRAVAILLE-T-elle ?

Elle expérimente depuis 2009 tous les champs techniques de la terre, parmi lesquels les colombins, qu’elle « tisse » plus qu’elle ne façonne selon des gestes qui la conduisent dans un « état de bonheur méditatif ». « Avec la terre ou  l’encre, le travail se veut précis, répétitif, c’est ce qui a motivé le choix de techniques simples. Le façonnage aux colombins est la technique la plus élémentaire mais également la plus sensuelle : elle permet l’intervention directe des mains et elle est capable d’incarner ces mouvements voluptueux. La terre est laissée nue et enfumée afin de souligner ses courbes, d’obtenir ces tons si naturels."

 

OÙ La TROUVER ?

Pour la contacter : 06.08.14.87.14

Email : sarahstaub@gmail.com